• Catégories

  •  

    avril 2014
    L Ma Me J V S D
    « mar    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • AnneAnne
    23 avril 2014

    Le café dans le monde et au Costa Rica

    Histoire du Café

    Il n’est pas possible de voyager ou de séjourner au Costa-Rica sans être plus ou moins informé sur la culture du café dans le monde.

    Tout d’abord il faut savoir qu’à l’échelle du commerce mondial le café avec plus de six millions de tonnes occupe la deuxième place après les hydrocarbures «pétrole et gaz naturels». A l’origine seul le café sauvage était commercialisé à partir de Moka (port du Yémen actuel) et était répandu dans tout l’orient. Ce n’est qu’au dix septième siècle que l’importation en Europe se développe par Venise en prenant soin de rendre incultivables ces précieuses graines. Par la suite les Hollandais ( compagnie des Indes) développent la culture des caféiers en Inde,Ceylan et Java…et ce n’est qu’au dix huitième siècle que la culture atteint les caraïbes, Martinique, Guadeloupe et Saint Domingue et enfin au XIXème l’Amérique du sud . Au Costa-Rica les premières plantations se font dans la vallée centrale en 1854.
    C’est en cet endroit que le climat y est le plus favorable car le soleil y est souvent voilé et l’altitude tempère ses ardeurs (climat océono-pacifique).

    Aujourd’hui les plants cultivés sont des hybrides mais pas des OGM. Le caféier est un arbuste de taille moyenne qui facilite les récoltes. En effet son fruit se présente sous forme d’une petite enveloppe  de un à deux centimètres qui contient une à deux grains mais ces fruits ne sont pas tous mures ensemble et nécessitent plusieurs passage pour une cueillette manuelle.

    Les cafés sont produits dans plus de cinquante pays à travers le monde et si le Brésil est le premier producteur en quantité, le Costa-Rica fait partie des tous premiers en qualité. Les producteurs sont installés sur de petites propriétés dont 70% sont d’une taille inférieure à 10 hectares.

    Après la récolte du fruit on procède au dépulpage pour libérer les grains qui sont ensuite lavés puis séchés, naturellement ou mécaniquement avec de l’air pulsé préchauffé.

    La commercialisation se fait le plus souvent à ce stade car la torréfaction est en général assurée dans le pays de consommation et ainsi ajusté aux goûts très variés des pays consommateurs.

    Dans les fincas (les plantations) on exploite aussi la fleur du caféier pour la production d’eaux de toilette et ses racines servent à la fabrication d’objets divers appréciés des touristes. Enfin le café est aujourd’hui produit aussi pour l’industrie pharmaceutique qui fait des recherches car ses polyphénols servent contre la maladie de Parkinson, contre le cancer du colon, le diabète de type 2 et sans doute en prévention de l’Alzheimer.

    Le café favorise la digestion des graisses, des protéïnes et des sucres et améliore la motricité des intestins. C’est un anti-migraineux et un anti-cellulitique.

    Les meilleurs cafés produits au Costa-Rica sont ceux du canton de Tarrazu dans la province de San José  avec essentiellement deux essences : l’arabica Catuaï et le Caturra élevé sous ombrage. Pour déguster demandez le meilleur de tous : les grains uniques (Peaberry) dans les cerises qui en comportent habituellement deux. Ils représentent environ 5% de la production et sont considérés comme les réserves exceptionnelles de la récolte.

    Enfin les décas sont traités de différentes façons avant torréfaction : par lavage prolongé à l’eau ou par trempage dans du dichlorure de méthane puis lavage mais encore par la culture de caféiers moins riches en caféïne.

    Depuis 1993 l’institut du café Costaricain a été créé pour assurer et transmettre les règles nécessaires au maintien de la qualité traditionnelle (ICAFE).

    Bonne dégustation.

    Pura Vida !

    GuillaumeGuillaume
    16 avril 2014

    Pas d’alcool pour les Ticos

    Il est des lois qui peuvent surprendre de l’autre coté de l’Atlantique, et la Ley Seca en fait certainement partie. Rappelant le Volstead act, à l’origine de la Prohibition aux Etats-Unis, la ley seca interdit strictement la vente d’alcool au Costa Rica durant certaines périodes de l’année. Je préfère toutefois rassurer les futurs touristes souhaitant découvrir ce petit paradis centroaméricain, il vous sera tout à fait possible de déguster une Piña Colada ou un Mojito au bord d’une plage paradisiaque sans avoir à vous cacher de la police locale pendant votre voyage au Costa Rica !

    En fait, la ley seca s’applique seulement à certaines occasions, notamment les jeudi et vendredi Saints et durant les élections, nationales ou locales. Depuis 2009, chaque président de canton prend la décision d’autoriser ou non la vente d’alcool. Ainsi, douze cantons sur 81 ont interdit la vente d’alcool le dimanche 6 avril à l’occasion du second tour des élections municipales. Une volonté de maintenir la clairvoyance des votants qui reste toutefois en travers de la gorge de certains acteurs du tourisme.

    En effet, certains restaurants et débits de boisson sont tout simplement obligés de fermer et de maintenir sous scellé leurs portes durant les journées où la loi s’applique. Une décision «absurde» pour la Chambre Nationale de Tourisme (Canatur) et qui provoque également une lever de bouclier dans les Chambres costariciennes d’Hôtellerie (CCH) et de Restaurantation (Cacore). Ces derniers déplorent le manque à gagner, notamment avec les nombreux touristes étrangers qui ne pourront consommer leurs cocktails ou bières préférés, ou tout simplement manger un bout dans les restaurants.

    Mais pour certains responsables de cantons, cette interdiction ne remet pas en cause les commerces locaux car ce sont des cantons peu touristiques. Une chose est certaine, comme partout en cas de prohibition, des alternatives existent. Les Ticos souhaitant trinquer entre amis ont pris l’habitude de faire des réserves quelques jours avant pour éviter de subir une terrible pénurie. Et pour les moins prévoyants, il va sans dire, malheureusement, qu’un marché clandestin de l’alcool ne tarde pas à remplacer les vendeurs habituels…

    Pura Vida !

    AnneAnne
    9 avril 2014

    Une assurance voyage : a quoi ça sert ?

    En tant qu’agence de voyage au Costa Rica nous sommes témoins d’accidents de toutes sortes ou d’imprévus qui peuvent parfois vraiment gâcher et votre séjour et votre budget.

    NOTRE EXPERIENCE

    Nous avons beau faire nous avons régulièrement à gérer des accidents ou des désagréments durant le voyage de nos clients.

    Voici quelques exemples qui auraient pu tourner au drame si nos clients n’avaient pas suivi notre conseil et souscris une assurance voyage.

    • Jean-Paul est parti en excursion avec sa femme à la cascade de Montezuma. Passage de rivière, pierres glissantes et patatra, au pied de la cascade ce fut la chute et une clavicule en moins. Montezuma est très reculé et les secours sur place ne pouvaient pas l’hospitaliser. Du coup retour en hélicoptère à San José : 4000 $. Hospitalisation : 2500$ et opération de la clavicule : 6500$. Heureusement, Jean-Paul avait réglé ses billets d’avion avec sa carte Visa et la prise en charge des frais a été supporté par l’assurance incluse avec sa CB.

    • Marie, 63 ans a fait une mauvaise chute et s’est fracturée le tibia à deux endroits et a dû être rapatriée en ambulance depuis Manzanillo, côté Caraïbes, à san José. Frais d’ambulance 550 $ – L’hospitalisation et l’opération aux alentours de 9200$. Là encore, Marie avait souscris une assurance avec Mondial Assistance avant de partir.

    • Julie, enceinte de 2,5 mois, est venu au Costa Rica en voyage de noce. Malheureusement, au bout de 2 jours, des saignements abondants lui on fait croire à une fausse couche. Du coup, retour en urgence à San José. Frais d’ambulance et d’hospitalisation, hôtel de remplacement pour son époux et elle-même (elle devait restée allongée mais pas à l’hôpital) ont été couvert par leur assurance souscrite juste avant de partir. Toutefois, tout la partie du séjour n’était pas couverte par l’assurance et ils ont donc perdu une grosse partie des sommes versées pour leur voyage. par chance la fausse couche n’était qu’une fausse alerte et hormis un repos obligatoire elle a pu continuer sa grossesse normalement mais avec un rapatriement sanitaire à la clé.

    • Pierre, 38 ans et sa famille étaient en séjour au Costa Rica. Le papa de Pierre est décédé brutalement en France et a donc du écourter son voyage. Retour précipité en France et pas d’assurance. Il a dû assumer le surcoût lié au changement des billets d’avions des 5 personnes (sa femme et ses 3 enfants) !! De plus, les nuits réservées et payées d’avance, la location de la voiture ont été partiellement perdues. Je dis partiellement, car certains hôtels ont joué le jeu et avons pu rembourser Pierre d’une partie de ses dépenses. Malheureusement pas tout.

    Les frais de rapatriement médicaux, les hospitalisations en cas d’accident peuvent s’avérer très, très lourd et si vous n’êtes pas solvable, ce sont vos proches qui risquent d’avoir à payer la note.

    Pour vous éviter ce genre de mésaventure qui n’arrivent pas qu’aux autres, lisez la suite.

    NOS CONSEILS

    Prenez TOUJOURS une assurance voyage avant de partir !!!

    je sais, comme tout le monde ont préfère garder des sous pour le voyage proprement dit mais gardez toujours à l’esprit : on ne se rend compte de l’importance d’une assurance que lorsqu’on en a besoin.

    Les assurances liées aux Cartes Bancaires :

    Vous êtes l’heureux propriétaire d’une carte Visa Premier ou d’une Gold Mastercard : payez vos billets d’avions et votre séjour avec elle vous donne une couverture assez large en cas d’accident, d’annulation justifiée ou de perte de bagages. Sachez toutefois, seuls les dépenses ayant été réglées à l’aide de cette carte seront prises en compte. Si votre séjour est interrompu pour une cause justifiée (voir contrat propre à chaque carte) alors les frais engagés pour la suite de votre séjour pourront vous être remboursés. Les frais d’hospitalisation, de rapatriement également seront pris en charge.

    Pour plus de détail consultez ici les avis des consommateurs de Gold Mastercard et Visa premier

    IMPORTANT : si vous payez un billet d’avion avec votre CB et le reste par un autre moyen de paiement seul le prix des billets d’avion seront considérés par l’assurance.

    Les assurances à souscrire ponctuellement :

    Nous n’avons pas de recommandations particulières et conseillons à chaque client de s’adresser tout d’abord à leur assurance Maison ou Voiture pour étudier ce qu’ils proposent dans ce genre de cas.

    Sinon, certaines assurances se montrent particulièrement agressives commercialement.

    Après avoir fait un petit tour sur le net j’ai trouvé celles-ci qui semblent plutôt compétitive

    www.chapkadirect.fr – Ils proposent aussi une assurance ANNULATION.

    www.worldnomads.com – Assurance santé et rapatriement, perte de bagage.

    Toutefois, ce ne sont que des assurances VOYAGE et non pas des assurances ANNULATION. Ce sont 2 assurances séparées dans la majorité des cas.

    Assurance VOYAGE – ce qu’elle doit assurer :


    • Les frais médicaux et/ou d’hospitalisation. – Le plus IMPORTANT
    • Un service d’assistance 24h/24.
    • Un service juridique en cas de besoin
    • Les situations d’urgence ou les troubles pouvant survenir dans le pays de destination qui pourraient vous contraindre à rentrer plus tôt que prévu : guerre, attentat, catastrophe naturelle…
    • La perte, la détérioration ou le vol de vos objets personnels tels que vos bijoux, vos bagages, vos appareils électroniques, vos documents…
    • Une couverture de retour si la compagnie aérienne faisait faillite durant votre séjour et ne pourrait assurer votre retour
    • Elle doit assurer le rapatriement de vous et de vos conjoints, enfants, parents vous accompagnant.
    • Elle doit prendre en charge l’hébergement des accompagnants lors d’un accident et l’hospitalisation de l’un des voyageurs

    Assurance ANNULATION – ce qu’elle doit assurer :


    Les motifs les plus courants :

    • Maladie, accident, décès de l’assuré lui-même, ou d’un membre de sa famille
    • Complication de grossesse ou grossesse non connue au moment de l’inscription au voyage
    • Licenciement économique de l’assuré ou du conjoint.
    • Perte de papiers avant le départ
    • Modification ou suppression des congés par l’employeur
    • Si vous annulez en raison d’un évènement extérieur, imprévisible et indépendant de votre volonté
    • Si vous êtes dans l’impossibilité médicale constatée de pratiquer les activités prévues au cours du voyage. (Exemple : voyage plongée)

    Ceci j’espère convaincra les plus réticents à souscrire une assurance.

    Mais sachez que les impondérables, les mauvaises surprises et les accidents n’arrivent pas qu’aux autres… alors voyagez Zen et partez assuré !

    AnneAnne
    2 avril 2014

    Le Ara de Buffon

    Le Ara de Buffon ou grand Ara vert (Ara ambigus ambigus) fait parti de de la famille des Psittacidae.

    Ce sont les aras les plus grands du monde. Plus grand que son cousin le ara militaire (de 85 à 90 cm) il vit dans les forêts tropicales du Nicaragua, du Costa Rica et du Panama, en Equateur et en Colombie. Au Panama, il se rencontre relativement facilement dans tous le bassin caraïbes et dans la province de Darien dans le parc national frontalier avec la Colombie. Au Costa Rica on le trouve au nord du pays, frontalier avec le Nicaragua.

    La destruction de son habitat mais également sa capture en vue de sa commercialisation sont à l’origine de son déclin. Cet oiseau est si rare qu’il est de plus en plus cher et convoité par les collectionneurs d’oiseaux peu scrupuleux du monde entier. Les autorités et quelques associations sont aujourd’hui très actives pour sauver cette espèce en voie d’extinction selon l’UICN. La carte ci-contre vous montre les zones principales de

    Des estimations récentes estiment que la population mondiale est inférieure à 2 500 individus matures et environ 1200 individus juvéniles !

    On le trouve principalement en-dessous de 600 m d’altitude mais se rencontre parfois jusqu’à à 1000 m et 1500 m notamment dans le parc du Darién au Panama. Il niche dans les cavités d’arbres mort. La saison de reproduction a lieu principalement de décembre à avril mais varie suivant le lieu géographique. La femelle pond généralement 2 à 3 oeufs et les oisillons sont alimentés par les 2 parents environ 12 semaines. Son plumage vert et sa queue orangée et bleue en font une merveille de la nature.  Son cri rauque et puissant ressemble à celui des autres grands aras. Comme tous les aras, il peut vivre jusqu’à 60 ans. Les Aras de Buffon vivent en groupe de 20 à 40 individus. Comme la plupart des aras ils vivent en couple durant toute leur vie.

    Il se nourrit principalement d’amandes (Dipteryx panamensis). Son gros bec n’a aucun mal a casser la coque de l’amande mais aussi de fruits. Il est particulièrement dépendant de cet arbre à la fois pour la nidification et sa source de nourriture .

    La disparition rapide du Ara de Buffon est un bon exemple de la fragilité des écosystème et combien il est important d’observer et de conserver la nature telle qu’elle est. Nous espérons que des leçons seront tirées de ce qui s’est passé avec le Ara de Buffon et que l’homme réalisera à quelle vitesse en effaçant les habitats telle que les forêts tropicales la vie des autres êtres vivants qui partagent cette planète avec nous est mise en danger.

    AnneAnne
    26 mars 2014

    Les premiers hommes du Costa Rica

    Avant l’arrivée de Christophe Colomb, le Costa Rica était faiblement peuplé. Ces civilisations autochtones qui n’ont laissé que très peu de traces, demeurent encore aujourd’hui très mystérieuses.

    Les premières traces humaines au Costa Rica

    Ancêtres du Costa Rica

    Les premières marques de vie sur le territoire actuel du Costa Rica remontent à environ  10000 Av JC. dans la région de Turrialba. Arrivés du nord,  ils vivaient principalement de chasse et de pêche. C’est autour de 2000 Av JC que les premières marques de sédentarisation sont notables avec le développement d’une agriculture et d’une forme primaire d’artisanat, potier notamment.

    Le Costa Rica hors des grands empires précolombiens

    A la différence des Aztèques dans l’actuel Mexique, des Mayas dans les actuels Mexique, Guatemala, Honduras, Belize ou encore des Incas, bien plus au sud, au Pérou, en Bolivie qui laisseront à leurs descendants un fort patrimoine culturel et de nombreux témoignages d’une époque, les peuples du Costa Rica se développèrent totalement à l’écart de ces grandes civilisations prestigieuses et ne laissèrent presque rien derrière eux. Il est aujourd’hui admis que le Costa Rica était, durant l’époque précolombienne que très faiblement peuplé et qu’aucune civilisation notable ne s’est développée dans la région.

    Lors de votre séjour au Costa Rica, les activités culturelles sont relativement restreintes de ce simple fait. Le Costa Rica est avant tout une destination nature.

    Peu d’informations sur les ancêtres du Costa Rica

    L’absence d’architectures monumentales et l’absence d’écrits dû au faible développement des habitants de la zone n’aide pas vraiment les chercheurs et archéologues à en savoir plus sur les arrières grand-parents du Costa Rica. La population des habitants de la région est très incertaine, entre quelques dizaines et quelques centaines de milliers de personnes. Un village à la vue des empires des grandes puissances précolombiennes.

    Cependant, quelques traces de ces ancêtres ont été retrouvées dans certaines zones du pays. Parmi eux, le site de Guayabo dans la région de Turrialba constitue surement la plus grande découverte archéologique du Costa Rica ainsi que les fameuses sphères du Diquis au sud du pays, dont l’origine reste à prouver.

    GuillaumeGuillaume
    21 mars 2014

    Coupe du monde de football au Costa Rica

    Un sport national

    En attendant le début de la Coupe du monde de football masculine cet été au Brésil, les passionnés de football ont rendez-vous au Costa Rica du 15 mars au 4 avril. En effet, les 16 meilleures nations de football féminin catégorie U 17 (moins de 17 ans) s’affrontent en ce moment même sur le territoire Tico.

    Gloriana VillalobosCe choix, peut-être surprenant pour un européen, est en fait tout le contraire.
    Ici, le football est de loin LE sport national. Dans les rues, de nombreux Costariciens et Costariciennes n’hésitent pas à sortir avec le maillot de leur équipe favorite.
    Deux équipes y tiennent le haut de l’affiche : le Deportivo Saprissa et la Liga Deportiva Alajuelense (LDA).
    De la même manière, la passion entoure tous les matchs de la «Sele» (la sélection nationale). L’équipe est d’ailleurs qualifiée pour le Mondial brésilien, même si sortir de son groupe s’annonce mission impossible. En effet, les Ticos sont tombés dans l’un des deux groupes de la mort, avec l’Italie, l’Uruguay et l’Angleterre.
    Cette édition marquera la quatrième participation du Costa Rica à la Coupe du monde après s’être rendu en Italie en 1990, au Japon/Corée en 2002 et en Allemagne en 2006. Lire la suite…

    PierrePierre
    20 mars 2014

    Voyagez en famille au Costa Rica

    Circuit famille Costa Rica

    Le circuit»Famille» a été spécialement conçu pour que vous viviez avec vos enfants une expérience Nature en toute sécurité.

    Tortuguero, les volcans Arenal et Rincon de la Vieja, détente près du Pacifique puis exploration dans la diversité du Costa Rica côté Pacifique Central et Pacifique Sud, autant d’étapes qui vous ferons découvrir l’immense richesse naturelle du pays.

    Exploration des canaux de Tortuguero, observation du volcan Arenal, baignade aux sources chaudes, ponts suspendus au-dessus de la canopée, canyoning dans les gorges du volcan Rincon de la Vieja.
    A Samara : observation des dauphins. A Manuel Antonio, observation des crocodiles du Tarcoles pour terminer sur les plus belles plages du Pacifique et un vol au dessus de la canopée à l’Hacienda Baru.

    Toutes ces activités sont incluses dans ce circuit.

    Ce voyage en toute liberté avec votre 4×4 vous permettra de passer des vacances inoubliables, les étapes sont suffisamment marquées pour que vous puissiez profiter des lieux et des rencontres dont petits et grands se souviendront suivant.

    Pura Vida

    AnneAnne
    14 mars 2014

    Dendrobates, grenouilles et crapauds…

    Le Costa Rica est l’endroit du monde le plus adapté à l’observation des amphibiens. Le climat tropical humide et les forêts denses et obscures sont un habitat idéal. Le pays recense non moins de 192 espèces d’amphibiens dont 33 d’entres elles sont endémiques. A eux seuls ils représentent 3% de la biodiversité mondiale !!! Impressionnant sur un si petit territoire…

    Grenouille Blue JeanCes espèces sont pourtant très vulnérables et leur protection essentielle. Hormis la destruction de leur habitat, il existe d’autres facteurs responsables de leur diminution voire de leur extinction comme certaines espèces de champignon, la pollution. Le crapaud doré (Bufo Periglenes) est l’emblème de ce problème majeur. Cette espèce endémique du Costa Rica a semble t’il disparue depuis 1989.

    Les amphibiens sont composés principalement des grenouilles, crapaud et salamandres. Leur caractéristique commune : ce sont des animaux à sang froid comme les reptiles.
Ils ont 2 phases de vie : à la naissance dans l’eau puis adultes sur la terre ferme.

    Au Costa Rica, une grande partie des grenouilles et crapauds se rencontre à proximité des plans d’eau. C’est pourquoi, la plupart se trouvent dans les plaines humides, dans les forêts persistantes et dans les zones ou la pluie est fréquente tout au long de l’année. Les meilleurs endroits au Costa Rica pour voir une grande diversité et une grande abondance d’amphibiens sont les Caraïbes du nord, la région de Sarapiquí et le long de la côte du Pacifique sud (Péninsule d’Osa). Lire la suite…